dimanche 28 mars 2010

Dessiner ou Non? -- 2

Dans la version anglaise de mon blog, à la page "Drawing or Not?" (Dessiner ou non?), j'ai eu un commentaire le 13 Mars (que je vais traduire ici):

Elys a dit:
Les larmes peuvent être de joie. Ne peux-tu pas dessiner ton nouveau bonheur ou c'est pas ton truc?

J'ai été occupé à traduire les pages de mon blog, puis j'ai été débordé par les détails de la vie (et je suis tombée endormie très tôt plus d'une fois!), j'ai aussi beaucoup avancer le dessin de la carte pour mon projet... bref je n'ai pas pu répondre avant maintenant...

La première semaine, j'ai pensé répondre que non, je ne peux pas vraiment dessiner le bonheur... Pourquoi? Parce que je préfère vivre la joie, l'exprimer pleinement par des gestes, des jeux avec ma fille, etc. contrairement à la tristesse où les larmes ne me suffisaient pas; j'avais aussi beaucoup de haine et je ne voulais faire de mal à personne... donc le dessin était pratique en ce sens.

Et puis, la semaine suivante (cette semaine), le stress m'a écrasée; mes minis-conflits avec des collègues de travail mon mise en rogne!

La colère est une émotion que je trouve... particulière. Encore une fois, je ne veux pas faire de mal à personne, donc je la retiens. Je pourrais en parler longtemps, ce que je ne ferai pas ici (pas maintenant en tout cas), car il y a trop de détails, trop personnels. Je vais simplement dire que j'ai peur de ma propre colère.

Aux yeux du monde, je suis "toute douce" (comme je me le fais souvent dire); mes collègues (je pense) me voient comme quelqu'un de renfermée, qui socialise très peu, celle qui n'est jamais bruyante, la fantôme du bureau que personne ne voit ou n'entend arriver. Du côté de mes amis et famille, ils riraient à l'entendre, car je suis avec eux (je pense) celle qui parle le plus, celle qui déplace le plus d'air, qui a tendance à se mettre au centre de l'attention. Je veux simplement dire ici que je n'ai pas du tout le même visage au travail qu'à la maison ou entre amis. Mais très rare sont ceux qui m'ont réellement vu en colère. Et c'est bien comme ça. Pour faire une longue histoire courte, la colère (la haine et la frustration incluses), c'est une émotion que je retiens dans la vie de tous les jours.

Pour en revenir au sujet, je ne dessinerais pas mon bonheur, mais lors de la deuxième semaine, j'ai pensé dessiner ma colère... chose, encore une fois, je ne me suis pas vraiment permise... L'idée m'a parue aussi choquante que si je criais à plein poumons au beau milieu du bureau. La raison est très simple: j'ai peur des horreurs qui pourraient sortir sur papier! J'ai peur de passer pour une psychopathe gravement dérangée! Mais, je pense aussi que ça me soulagerait grandement, car les émotions refoulées, ce n'est jamais bon.

Du coup, j'ai eu plusieurs flash de dessins. Bon, avoir des idées, de l'inspiration, c'est déjà mieux qu'avant, mais ça ne crée pas du temps pour les faire... Il faudrait que je les exécutes avec une certaine rapidité, pour être sûre de les terminer... ce qui implique un trait plus agressif, moins soigné (ce qui va bien avec le thème de la colère), un peu comme mon projet d'école "Je suis là pour restée" :



Cette technique de dessin est un peu contre-nature pour moi, parce que je suis du genre, en dessin du moins, à tout retoucher chaque détail jusqu'à à son expression la plus parfaite... et je n'ai plus le temps pour ça... Il faudrait que je sois aussi un peu moins exigeante sur le produit final... Je me décourage rapidement si le dessin que je fais n'est pas à la hauteur de mes attentes.

...Ce qui me fait penser à cette technique que j'utilisais souvent lorsque j'étais au Cégep: je laissais mes mains tracer des lignes sans trop savoir où aller, et je laissais le dessin devenir ce qu'il voulait. Cette technique m'a amenée à faire des dessins comme ceux-ci:

Enfin, je sais pas trop, pour l'instant... Tant que je n'ai pas un crayon en main et que je gribouille pas sur une feuille... Je ne suis même pas sûre si j'oserais montrer des dessins de ma colère; je ne sais pas. Ça dépendra du résultat.

Donc le mot de la fin, c'est que je "girouette" encore et je réponds "peut-être"; peut-être j'ai encore quelque chose à dire par le dessin, mais je ne sais pas si ce sera du matériel avec "ambition professionnel" (c'est à dire, avec l'optique de vendre).  ;o)

samedi 20 mars 2010

Me rapporter à vous

(Originalement écrit le 11 Mars 2010, dans la version anglaise de ce blog.



Je suis venue à réaliser que l'idée de ce blog n'était pas mauvaise du tout, pour moi. Ce n'est pas grave si quelqu'un me lit ou non (c'est toujours mieux si vous êtes là, à lire et commenter, c'est sûr! =D ). Ce qui importe, c'est le fait que ce blog m'apporte l'impression que je me rapporte à quelqu'un, comme si je travaillais pour quelqu'un d'autre. Je semble travailler avec plus d'ardeur de cette façon.

J'ai débuté la semaine très fatiguée, comme bien des gens en début de printemps (et ce sera sûrement pire la semaine prochaine, avec le changement d'heure...). Je me suis endormie plusieurs soirs d'affilés en essayant d'endormir ma fille.

Comme toujours lorsque je travaille plus sérieusement sur un projet, le fait de ne pas trouver du temps le faire avancer m'amène à un point où ça me fait mal. Je viens avec trop d'idées et j'ai souvent peur, lorsque j'ai trop d'idées en tête et rien sur papier. J'ai peur d'oublier, d'abandonner, ou de ne jamais arriver à partager ces idées... Hier, ma fille s'est endormie très tôt, ce qui m'a donnée suffisamment de temps pour vraiment avancer le projet.

Mon "mind-map" est presque complet maintenant:



Chaque couleur est une ligne-narrative selon le point de vue d'un personnage différent. Il me manque encore quelques lignes-narratives... Bah, en fait, il en manque une et une autre a besoin d'être retravailler et avoir plus de détails pour être complète.

Ensuite, je pourrais trier ce que sera dans le livre et ce qui deviendra des "pages-perdues" anecdotiques à l'histoire principale. Jusqu'à présent, j'ai trois petites histoires qui termineront probablement dans les "pages perdues".

On se revoit plus tard pour une autre mise-à-jour!

Dessiner ou non?

 (Originalement écrit le 4 Mars 2010, dans la version anglaise de ce blog.


Hehe, ça fait un moment qu'on s'est vu!

La semaine passée, je n'ai pas beaucoup travaillé sur mon projet (raisons: la fatigue, les besoins de mon bébé, etc.)

J'ai commencé un petit projet de dessins faciles, mais j'ai finalement réalisé qu'il m'ennuyait... je n'ai pas le goût! Lorsque je me suis demandée "qu'est-ce que je pourrais dessiner d'autres (même pour un dessin en 5 minutes), qu'est-ce que j'ai le goût de dessiner?" et... je n'ai pas trouvé de réponses. C'était comme le "syndrome de la page blanche" aux examens...

Ça m'a chicoté, puisque par le passé, je ne pouvais vivre sans dessiner! Ça me manque! Mais je n'arrive plus à me mettre dans l'ambiance et l'envie de dessiner. J'ai pris le temps de me demander pourquoi. La seule raison que j'ai pu trouvé, c'est... la différence entre ma vie de maintenant et celle à l'époque où je dessinais. Je n'ai pas eu une enfance ou une adolescence facile; j'avais le cœur constamment brisé, j'avais mal! Et dessiner était l'une de mes façons de garder la tête hors de l'eau (une autre importante façon, c'était d'écrire).

À cette époque, je m'accrochais à l'idée qu'un joue, ma vie irait mieux. J'ai travaillé si fort pour changer mon sort; pendant ce cheminement, j'ai eu peur que si un jour ma vie était mieux, je n'aurais peut-être plus rien à dire au-travers de mon art.

J'ai réussi mon objectif le plus désespéré de vivre une vie meilleure! =) Je suis l'une des rares personne qui dit souvent que je n'aimerais PAS revenir dans le passé, je ne voudrais PAS être plus jeune! Non, s'il vous plaît!! Je me sens tellement mieux maintenant! Je voulais être mieux, me changer moi, avant de devenir maman; je voulais fonder une famille seulement quand je serais "guérie" de mon passé. Aujourd'hui, je suis vraiment heureuse (mis à part mon emploi que je trouve d'un ennui mortel)! Et ma fille ne fait qu'ajouter encore plus de joie à ma vie! Au contraire de bien des gens qui atteignent la trentaine, je ne me sens pas "vieille"; en fait, je me sens encore plus jeune que lorsque j'avais 16 ou 21 ans. Parfois, j'ai l'impression d'être née "vieille" et d'avancer vers la jeunesse et la liberté ^_^

Alors, une de mes peurs s'est concrétisée. L'encre de mes dessins était mon sang et mes larmes. Maintenant que mon Âme ne saigne et ne pleure plus, alors je n'arrive plus à dessiner. Je n'ai plus rien à exprimer (sous forme visuel)

Une fois que j'ai compris tout ça, j'ai premièrement regardé ma perte et j'ai trouvé que c'était bien dommage... Mais en y repensant, si j'ai à choisir entre "dessiner (et avoir accès à un emploi excitant en art graphique), et la douleur, la lourdeur dans le cœur, les nuages noirs dans la tête, les cauchemars la nuit, le cauchemar le jour, l'acide dans la gorge, la haine, la tristesse et la dépression dans les yeux..." OU "un baume au cœur, l'harmonie et la sérénité intérieure, de la joie dans le coin des yeux, des rires qui chatouille au bout des doigts, et de l'amour et du bonheur qui déborde de mon être, mais pas de dessin et un emploi ennuyant"... Je préfère définitivement le bonheur!!

Une fois que j'ai passé par-dessus le deuil du dessin, je me suis rappelée que j'ai toujours l'écriture! Au final, si je n'ai que l'écriture, ce sera peut-être plus facile de concentrer mon temps et mon énergie sur un seul art et un seul projet. Au tout début, l'écriture était plus important pour moi, puis le dessin à pris beaucoup de place dans ma vie, et maintenant que l'épisode est terminé, je reviens aux sources, sur ce qui m'a toujours le plus importé: raconter des histoires!

Donc, la semaine passée, une fois que j'ai terminé de philosopher sur ma petite vie -- de faire le deuil sur le dessin, faire la paix avec le fait que ce n'est plus au coeur de ma vie et que c'est peut-être bon de le laisser aller, puisque je n'en ai plus besoin -- je me suis ensuite concentré sur mon projet de romans de fantasy.

À la fin de la semaine passée, j'ai commencé à rassembler de nouvelles idées sur papier, durant mes lunchs. Parce que je recommence la projet depuis le début, et qu'au niveau de l'histoire, je remonte à l'origine des temps (genre... 500 ou 1000 ans avant le livre que j'ai tenté de publier), tous est nouveau, donc je dois faire le design de tout. J'en suis à un point où j'ai une idée vague des grandes-lignes de l'histoire, sur trois épisodes (c'est possible qu'ils finissent en 6 livres, je n'en sais encore rien). Je ne parle que de la première partie, car après j'aurai sûrement plusieurs autres épisodes dans une seconde et peut-être une troisième partie. Je sais, c'est vraiment, vraiment, affreusement énorme comme projet. Et pour développer toute cette histoire en profondeur, j'ai encore beaucoup de questions que je dois me poser, puis ensuite répondre!

Il y a quelques semaines/mois, j'ai débuté, sur "Calc" (un logiciel équivalent à Excel de Microsoft, mais en version gratuite de OpenOffice) un tableau, avec les actions principales et j'ai commencé à esquisser des chapitres pour les trois épisodes. Mais avec les dernières questions que j'ai commencé à répondre, je me suis sentie coincée... dans le sens qu'il me manque un outil de travail, pour m'aider à rassembler mes idées dans un ordre logique. En gros, j'aimerais pouvoir travailler comme à l'ancienne, où on écrivait des bouts d'histoires sur des bouts de papiers, qu'on les épinglait sur un tableau et qu'on pouvait les déplacer à notre guise dans un ordre différent... pour développer l'arborescence des maintes lignes d'histoires... mais en version logiciel.

J'ai décrit ce que je voulais à mon conjoint, espérant innocemment qu'il me répondrait que c'est quelque chose de super simple à programmer nous-même... (comme si on avait le temps de le faire!?). Il m'a plutôt répondu que ce que je cherchais s'appelle un "mind map" (en français, une "carte heuristique") et qu'on pouvait sûrement en trouver de ce type de logiciel gratuitement sur le web. Après avoir rapidement cherché pour un mind mapping software (lien anglais), nous en avons installé un, je ne l'ai pas aimé, on l'a "flushé" et nous en avons essayé un autre, je l'ai aimé et j'ai commencé à travailler.

J'ai choisi VUE (lien anglais). Le logiciel est légèrement buggé, ce qui peut devenir fatiguant, mais grosso modo, c'est un outil très cool. J'ai commencé à faire un arborescence de personnages (avec les liens familiaux et autres; à gauche) et un autre sur les lignes directrices de l'histoire:



Chaque couleur représente "une ligne narrative" différente, c'est-à-dire l'histoire selon le point de vue de personnages différents (et, bien évidemment, ces petites histoires s'entrecoupent). J'ai donc commencé à écrire par bloc les idées que me viennent en tête. Je pourrai ensuite les trier selon le personnage-titre en plusieurs ligne narrative, et en ordre chronologique. Une fois que tous les morceaux du puzzle seront là, que toutes les questions essentielles pour construire l'histoire seront répondues, je n'aurai plus qu'à choisir les blocs importants qui se retrouveront dans le livre et lesquels finiront en "pages perdues". Peut-être qu'un jour, je développerai les anecdotes des pages-perdues et en faire quelque chose, comme... un livre-recueil ou... je ne sais pas, les mettre sur un site à titre de matériel promotionnel, ou encore, peut-être qu'elles resteront des pages-perdues à jamais, qui sait?



Elisabeth Vonarburg, dans ses ateliers d'écriture, répétait que peu importe ce qui se trouvera dans la version finale du livre et ce qui sera laissé de côté, toutes les questions ET leurs réponses doivent être connues de l'écrivain/e, de sorte qu'il/elle comprenne vraiment, profondément, tous les aspects de son histoire et éviter des situations embarrassantes où la seule réponse possible est "Oh, je n'y avais pas pensé... C'est vrai, ça ne fait pas de sens!" Elle disait aussi (j'y vais par mémoire, dans mes mots et selon ma compréhension) : "Tu n'as pas à tout mettre dans le livre et répondre à toutes les questions; bien sûr que non et s'il te plaît, ne le fait pas! Laisse le lecteur faire un peu de réflexion! Mais toi, en tant qu'écrivain, TU DOIS savoir. Tu DOIS connaître les réponses, même si tu choisis de ne jamais les révéler".

Cette semaine, avec ce nouvel outil -- et le soulagement de la culpabilité de ne pas dessiner -- j'ai commencé à répondre aux plus grandes questions et l'histoire, qui n'était encore que de grandes lignes directrices, a commencé à se déplier devant moi. J'ai débuté la semaine avec une structure de base (faite il y a quelque temps déjà), un squelette, et maintenant, le projet commence à avoir beaucoup de viande!

Ma plus grande peur pour ce projet reste la même: je suis toujours novice en écriture et ce projet est peut-être trop grand pour débuter. Élisabeth dit toujours à propos de mes textes que je prends des sujets trop complexes pour mon niveau... mais je n'arrive pas à faire autrement. Chaque fois que j'ai tenté de faire quelque chose de petit, une nouvelle, un petit projet pour un seul roman, quelque chose de mieux adapté à une débutante, je me retrouve à ajouter un personnage ou une anecdote à ce grand projet!

J'ai donc décidé d'arrêter de me battre, arrêter de faire des choses qui ne me tente pas (et que je n'arrive donc pas à terminer par manque d'intérêt) et simplement travailler sur ce gros-là; on verra bien où il me mènera!  =)

vendredi 19 mars 2010

Une belle fin-de-semaine

(Originalement écrit le 23 Février 2010, dans la version anglaise de ce blog.


Cette fin-de-semaine était super; c'était comme si on m'avait accordé un 2 heures supplémentaire par jour! J'ai eu le temps de cuisiner comme une folle, pour les repas de la semaine (je n'ai pas le temps de cuisiner en revenant de travailler, donc je cuisine la fin-de-semaine et je réchauffe mes repas la semaine), des petits-déjeuner genre-gruau de sarrasin cuit dans du lait d'amande, avec pomme, cannelle et noix de Grenoble, un macaroni au fromage fait-maison (ma fille adore), des coquilles St-Jacques, trois poissons, un poulet genre-Thaï avec sauce aux arachides, un riz brun à grains courts aux artichauts et citron, et pour dessert, mon classique: une croustade: saveur de la semaine aux pommes, framboises et pacanes.

Ce mois de Février est très doux, 10°C au-dessus de la moyenne, et nous avons eu très peu de neige... même que la neige a commencé à fondre au beau milieu de l'hiver!! Mais nous avons eu quelques flocons cette semaine, donc il était (enfin!) possible d'aller glisser, en plus du beau temps qu'il fait maintenant, le soleil est brillant, le ciel est bleu, le vent est doux... Vraiment, il fallait sortir! Nous avons donc été au parc juste derrière chez-nous, où il y a une bute et j'ai glissé avec ma fille. Elle a vraiment aimé sa première expérience de glissade! Avec tout le fun que j'ai eu cette fin-de-semaine, il me semblait ne pas avoir de temps pour mon projet...

Je mentionnais à mon conjoint que c'est vraiment cool que j'aie recommencé à travailler sur mon projet et de voir les choses avancer petit à petit. Ça n'avance pas très vite, mais ça avance! J'ai souvent répété toute ma vie que créer, pour moi, c'est comme un troisième poumon... Si je ne crée pas, je me sens manquer de souffle! À la limite de la suffocation! Ces dernières années, j'ai découvert que je pouvais utiliser mon côté créatif en cuisine et j'ai réellement maîtrisé l'art de faire des recettes improvisées avec succès, mais ce n'était pas suffisant pour l'artiste en moi. J'avais d'autres choses à l'intérieur de moi que j'avais besoin d'exprimer et qui ne peut sortir que par l'écriture. Alors, de travailler à nouveau sur mon projet, c'est comme des vacances en campagne où l'air est frais, ça fait réellement du bien!

Mais ensuite, lorsque je n'ai pas le temps de travailler sur mon projet, ça me fait mal à nouveau. La création est réellement un must dans ma vie; il y a longtemps que je sais que je ne veux pas le faire pour le succès, la gloire ou l'argent, mais parce que c'est un besoin que j'ai, une "obligation". Ça me brûle de l'intérieur! Je dois le laisser sortir et c'est par l'écriture que je le fait. Et quand je ne peux l'expliquer par des mots, c'est par le dessin que je m'exprime. Certains de mes dessins m'ont demandée jusqu'à deux ans pour comprendre leur signification profonde.

Finalement, avec toute l'excitation de la fin-de-semaine, ma fille s'est endormie très tôt Dimanche, ce qui m'a accordé du temps pour travailler sur ma carte. Vendredi, j'ai amené la carte version imprimée-couleur que j'ai retrouvé Jeudi à mon travail, où je l'ai numérisée (mon scanner n'est plus compatible avec mon nouvel ordinateur... un autre logiciel qui ne marche plus...). Le seul scanner que j'ai accès au travail est un simple photocopieur, donc de ma copie couleur, j'ai maintenant une copie noir et blanc qualité photocopieur (c'est-à-dire de basse qualité), mais de toutes façon, je ne voulais que récupérer le contour, alors ça fera l'affaire.

Dimanche soir, j'ai donc pris cette version que je me suis envoyée par email. En l'ouvrant dans photoshop, l'effet "mauvaise qualité" s'est avéré très pratique et facile à éditer.



Une très petite partie de la carte numérisée

Regardez comment l'effet des couleurs et des dégradés s'est traduit en pointillés, qui est vraiment facile à effacer! C'est tout de même un travail long et fastidieux, mais avec toute la mauvaise chance que j'ai eu avec cette carte, ç'aurait pu être pire! J'ai donc travaillé 3 heures en ligne sur cette carte; ce qui représente un record de temps libre en un seul jour, pour moi!!

mardi 16 mars 2010

Deuxième Mise-à-Jour (Cartes)

(Originalement écrit le 20 Février 2010, dans la version anglaise de ce blog.

Jeudi, j'ai commencé à penser à la carte relative à mon projet. J'ai déjà mentionné auparavent que j'en suis à la réécriture. La première écriture s'est fait en 2002-2003 et une fois terminée, en 2004, j'ai tenté de le publier. Le manuscrit a été refusé, mais déjà à cette époque, j'avais dessiné une carte du monde (enfin, la partie pertinente à l'histoire)

J'ai cru que j'avais toujours la version Photoshop de la carte sur mon ordinateur, mais elle n'y était plus... Pas de soucis, car j'ai gravé un CD (en 2004, j'avais seulement 8 gigs de disque dur, donc nous faisions souvent des sauvegarde sur CD, pour ensuite effacer ce que nous n'avions pas besoin d'utiliser tous les jours).

Eh bien, trouver ledit CD m'a demandée un certain temps (et c'est mon conjoint qui l'a en fait trouvé pour moi). Je l'ai inséré dans mon ordi et les fichiers étaient "zippés" par un logiciel... qui était probablement populaire à l'époque, je ne sais plus... mais mon ordi ne le reconnait pas. Nous avons cherché sur le web pour la dernière version de ce logiciel. Devine quoi? Il n'est pas compatible avec Windows 7 (en fait, il ne l'est même pas avec Windows XP, imagine)!

J'ai continuer de jouer avec les CDs qui pouvaient contenir la carte déjà dessinée, car il y avait d'autres fichiers "zippés" avec un autre logiciel (qui lui, est toujours compatible). Devine quoi? J'ai foutu un mot de passe pour en protéger l'accès! Ouais, il y a quelques années, j'étais très paranoïaque... je ne suis plus sûre pourquoi...

Mais, pas de soucis, car le mot de passe, je m'en rappelle: il est super long et seulement utilisé pour les "zips" de mes fichiers les plus précieux. Cool, quelle bonne mémoire! Devine quoi? Il ne marche pas!!! J'ai probablement fait une faute de frappe, la dernière fois que je l'ai "zippé", juste avant de graver le CD. J'ai essayé et réessayé, en majuscules, en minuscules... J'ai essayé toutes les erreurs inimaginables que j'aurais pu faire, je n'ai jamais réussi à ouvrir les fichiers des CDs.

En fait, il y a seulement un fichier que j'ai pu ouvrir, un fichier JPG (j'espérais avoir le fichier Photoshop, pour avoir accès aux "layers" (calques), qui m'auraient permis de modifier le dessin beaucoup plus facilement!). De toute façon, le JPG est un "zoom" sur une seule île (bon, c'est l'île la plus importante, j'ai encore un peu de chance!), mais à l'exception du contour, tout est à refaire.

Croyez-moi, j'étais déprimée... Heureusement, j'avais un ami en-ligne qui "chattait" avec moi et il m'a fait rire, plutôt que d'en pleurer (Merci Sjr)  =)

Avant d'aller me coucher, incapable de me laisser abattre, j'ai cherché dans des archives-papiers et j'ai rapidement retrouvé une copie imprimée de ma précieuse carte, qui illustre toute archipel nécessaire à l'histoire. Mais je crois tout de même que je dois refaire le dessin. Au moins, je pense que le contours des îles est bon... J'ai simplement besoin de la redessiner en fonction d'une impression noir et blanc, qualité photocopieur... Et les noms qui apparaissent sur la première carte vont fort probablement changer avec la réécriture du livre!

Donc, Jeudi et Vendredi, je n'ai pas pu tenir mon engagement de faire quelque chose de créatif. Jeudi, j'étais dans le brouillard de chercher ma carte et Vendredi, j'étais tellement exténuée (j'ai été me coucher tard plusieurs fois cette semaine) que je n'ai pas dessiné ou travaillé sur mon projet pendant mon lunch; en soirée, nous avons écouté un film ("Coco avant Chanel").

dimanche 14 mars 2010

Premier Mise-à-Jour (Religions de mon monde)

(Originalement écrit le 17 Février 2010, dans la version anglaise de ce blog)



Coucou,
Jusqu'à date, ça va tout de même bien.

Lundi, j'avais un rendez-vous en soirée, donc le seul moment de libre que j'ai eu dans la journée a été durant mon lunch. J'ai travaillé un 30 minutes sur mon roman.


Mardi, un de nos amis était supposé nous rendre visite en soirée (malheureusement, ça a été annulé de dernière minute, mais ma fille est restée éveillée si tard de toute façon et je n'ai eu aucun moment pour moi jusqu'à ce que je me couche). J'ai aussi utilisé 30 minutes de mon lunch pour continuer ce que j'ai commencé Lundi.

Au point où j'en suis, mon projet de romans n'est qu'au commencement, en "pré-production". Comme je recommence tout depuis le début et que j'essaie évidemment de l'améliorer grandement, je révise tous les design. Je travaillais donc sur les systèmes de plusieurs religions.

Comme c'est une histoire de fantasy, dans un monde inexistant, je ne veux pas simplement prendre une religion déjà existante. L'histoire prend place à un moment très reculé... Je ne sais même pas si les religions que nous connaissons aujourd'hui, telles que nous les connaissons aujourd'hui, existaient dans ce temps-là! Alors, j'ai décidé de faire le design de deux croyances, avec les symboles rattachés, les rituels, les fêtes religieuses et tout, qui seront ensuite utilisés abondamment (par contexte) dans les livres.

Aujourd'hui (Mercredi), j'ai eu une de ces journée folle et stressante! Je n'ai pas pu aller manger avant 13h30 (1:30pm). Mes collègues avaient déjà terminées de manger et étaient de retour au travail lorsque j'étais prête à partir pour ma pause. Résultat, j'ai finalement eu plus de temps pour mon projet (parce que je n'avais personne à qui bavarder!)... 45 minutes!

J'ai révisé mes systèmes de religions et j'ai débuté quelques sketchs de symboles. J'étais bien contente de dessiner un peu, malgré que j'étais timide. Il y a eu quelques personnes qui ont traversé la cafétéria et m'ont regardé avec un visage qui semblait vouloir dire: "Qu'est-ce que la fille de la comptabilité fait...? Elle... dessine?" Certains ont jeté un coup d'œil sur mes sketchs de drôles de symboles.

J'imagine ce qu'ils devaient en penser, mais maintenant que j'y repense, je m'en fous. Ma vie est vraiment chargée et je peux encore trouvé le temps de faire avancer mon projet. C'est tout ce qui compte. De plus, ça me change les idées.

Ce soir, puisque ma fille s'est couchée tôt, j'ai blogué un peu et maintenant, je vais dessiner. En ce moment, en soirée (lorsque j'ai le temps), je travaille sur un dessin qui n'est pas en lien avec mon manuscrit. C'est un dessin trop grand pour l'amener au travail. J'ai pensé commencer avec quelque chose de facile, donc comme sujet, j'ai choisi des personnages existants d'un film que ma fille aime bien. Je pourrai ensuite l'encadrer et le mettre au mur, dans sa chambre. Je me suis surprise à ne pas reproduire les personnages exactement comme ils sont... Je devais suivre mon style personnel, comme mon interprétation d'eux... ce qui est bien, je crois! ^_^

On se revoit plus tard!
Et n'oubliez pas de commenter pour me laisser savoir que vous êtes là ^_^

samedi 13 mars 2010

Un défi par jour, pour moi

(Originalement écrit le 14 Février 2010, dans la version anglaise de ce blog)

Bonjour,
Je débute ce blog pour m'aider à dessiner et écrire à nouveau.
J'ai tellement de projets en tête, projets de romans, projets de dessins ou peinture... et tellement peu de temps (encore moins depuis que je suis maman et de retour au travail)!

Lorsque j'étais au Cégep en Arts, on nous disait toujours "Pour être bon en dessin, il faut dessiner à tous les jours!" et lorsque j'ai assisté aux ateliers d'écriture de Élisabeth Vonarburg, encore "Pour être un bon écrivain/e, il faut écrire tous les jours!" Donc, pour être bon dans ces deux Arts en même temps, la liste des "À faire tous les jours" commence à être longue!

Enfin, si j'ai du temps tous les jours pour (au moins) penser à mon projet de romans, je ne peux pas en dire autant pour le dessin. Après avoir terminé mes études en Arts et en infographie, quelque chose est arrivé qui a fait en sorte que dessiner ou peindre est devenu difficile pour moi. J'ai terminé plusieurs projets, mais ça m'a tout pris pour les faire. Voici tout ce que j'ai fait après l'école:





Broken Wing
, 2006. Original 16 x 20 pouces / ~ 40 x 50 cm
Encre de Chine et encre-acrylique (blanche) peint (aux pinceaux) et dessiné (à la plume de calligraphie) sur carton mat de Canson (couleur : gris feutré)













Brins d'Éternité No.13, 2006. Original 16 x 20 pouces / ~ 40 x 50 cm
Encre de Chine et encre-acrylique (blanche) peint (aux pinceaux) et dessiné (à la plume de calligraphie) sur carton mat de Canson (couleur : perle)









Brins d'Éternité No.14, 2006. Original 16 x 20 pouces / ~ 40 x 50 cm
Encre de Chine et encre-acrylique (couleur et blanc) peint (aux pinceaux) et dessiné (à la plume de calligraphie) sur carton mat de Canson (couleur : bleu indigo).







La Harley, 2005. Original 18 x 24 pouces (à 300 dpi) / ~ 46 x 61 cm
Fait avec Photoshop et référence photo.






(Vous pouvez voir mon folio (dessin, peinture, infographie et photos) sur ma page de DeviantArt )


Donc, comme vous pouvez le voir, je peux dessiner!

Mon problème est le manque de temps. En plus, je suis tellement rouillée que si je n'arrive pas à terminer mon dessin en un court laps de temps, je perds le sentiment qui me donne l'impulsion de créer cette image. Et lorsque ça m'arrive, eh bien, je ne peux simplement plus terminer le dessin. C'est un peu comme raconter une anecdote et soudainement, tu oublis où tu voulais en venir; tu ne peux plus terminer l'histoire...

Donc, mon but ici est d'essayer, à tous les jours, de soit:

  • Faire un dessin; si je n'ai que cinq minutes, alors ce sera un dessin de cinq minutes! Je planifie utiliser cette méthode pour retrouver un peu de vitesse d'exécution dans le dessin et aussi, faire une petite recherche pour de nouvelles techniques. Je suis tellement rouillée et j'ai tellement changé depuis l'époque que je dessinais fréquemment!
  • Avancer un plus gros projet de dessin; puisque je suis très lente et que j'ai difficilement une heure de libre par jour pour les loisirs, les plus gros projets vont évidement me demander plus de temps pour être terminés!
  • Avancer mon projet de romans; le projet est immense. J'ai déjà terminé un livre que j'ai présenté à des éditeurs, il a été refusé et comme je l'ai mentionné plus haut, j'ai assisté à des ateliers d'écritures et je suis maintenant prête à le réécrire du début. Je sais déjà qu'il y aura plusieurs suites
  • Mettre à jour ce blog ^_^ Ce n'est pas romancé, mais c'est un moyen d'écrire autant que je peux!
C'est possible que je n'arrive pas à dessiner ou écrire tous les jours, mais je devrais faire au moins l'un des deux chaque jours.

Mon but à long terme serait soit de trouver un emploi dans l'une de ces expertises, pour voir mes journées remplis par l'Art (yay!) ou achever mon projet de romans de fantasy (en espérant pouvoir le publier). Dans le meuilleur des mondes, ce serait Wow! si je pouvais écrire et dessiner mon propre projet!  ^_^

J'espère vraiment arriver à faire ça! Mon emploi à temps plein me demande beaucoup d'énergie, j'allaite toujours ma fille (ce qui est aussi demandant énergiquement parlant) et il m'arrive souvent d'être si fatiguée le soir que je tombe endormie en essayant d'endormir ma fille. Il m'est très difficile de faire des loisirs lorsqu'elle est debout, puisqu'elle veut jouer avec moi et peu importe ce à quoi je touche... l'ordinateur inclus! Ce qui veut dire que je ne pourrai pas "blogger" tous les jours. Je vais tenter de venir au moins une fois par semaine pour donner des nouvelles sur l'avancement du projet et y afficher mes dessins de la semaine, même ceux de 5 minutes ;o)

Alors voilà mon défi! Et ce n'en ai pas un facile (pour moi)!