mercredi 28 avril 2010

Information sur le Centre NAD

Suivant mon dernier post, j'ai contacté la personne pour avoir des informations pour les cours de 3D. Pour mettre les bons mots aux bons endroits, l'école, c'est le Centre NAD, très réputée à Montréal pour la 3D.
J'ai bien fait de l'appelé, car semble-t-il qu'il y a beaucoup d'artistes 3D indépendants qui suivent des mise-à-niveaux. Cette école offre des cours pour ceux qui ne sont pas en compagnie ni en groupe (ils forment eux-mêmes les groupes).

J'ai donc deux options. Je n'ai pas encore fait un choix, car chacun a ses avantages et inconvénients...

Option #1. Faire des cours "à la carte"; choisir dans une liste d'options les cours/logiciels que j'aimerais suivre (avec la possibilité de tous les faire si l'on veut!). Chaque cours est de 2 ou 3 jours en classe. Par exemple, pour 3Ds Max, les cours offerts "à la carte" sont:
  • 3ds Max Techniques Essentielles
  • Animation Rigging
  • Animation de personnage 
  • Modélisation et textures
  • Éclairage et rendus
  • Effets spéciaux et simulation
  • Maxscript
Selon l'horaire des cours, je pourrais soit commencer dès en mi-Mai, sinon à l'automne. Comme j'ai déjà un voyage de prévu en France cette été (pour aller voir la famille de mon conjoint), je pense que je serais mieux d'attendre la session d'automne. De puis, commencer les cours dans 3 semaines, c'est pas pour dire, mais c'est serré dans le temps! Si je fais un choix de cours, j'ai l'intention de quitter mon emploi, où je devrai donner un préavis d'au moins deux semaines...

Enfin cette option est plus abordable, de courte durée et je pense qu'il n'y a pas d'examens, donc pas de notes, pas de stress. Du côté des inconvénients, je serais relativement laissée à moi-même (le cours est court, comme des ateliers, et je vais devoir étudier et travailler pour approfondir mes connaissances à la maison, seule... bon, d'accord; pas tout-à-fait seule, puisque mon conjoint est près à m'aider! =P), je devrai me montrer très auto-disciplinée pour pratiquer les logiciels à la maison et monter seule un nouveau porte-folio. Une fois ces étapes faites, je serais aussi laissée à moi-même pour trouver un emploi et j'ai peu de contact dans le domaine... Étant donné la nature des cours (qui sont plutôt des ateliers), je n'aurais pas droit aux prêts et bourses offerts pour des cours complets...


Option #2. Faire un Baccalauréat (universitaire) de 3 ans. Les cours de 3D sont normalement de niveaux collégiales (lycée ou pré-universitaire pour la France) et c'est la première fois que j'entends qu'ils passent universitaire (ici). Il semble que le NAD offraient déjà un Certificat (universitaire) de 1 an et que le Bacc. en est la prolongation. C'est tellement récent que j'ai du mal à avoir l'information complète! Par exemple, je ne trouve nulle part le prix de la formation, ni la date d'inscription. La prochaine séance d'information pour le Bacc. est le 27 Mai.

De ce côté, avantages et inconvénients sont directement à l'opposé. La formation est très longue, donc un long moment sans emploi / sans revenu, en plus des frais universitaire à payer (si une formation d'un an coûte 16,500$, je m'attends à ce que ce soit au moins le double, voir le triple, pour trois ans!) En revanche, j'aurais un folio solide, beaucoup de coatching pendant la période d'apprentissage, un meilleur diplôme qui m'ouvrirait plus de portes et sans que ce soit garantie, j'aurais plus de chances de trouver un emploi par les contacts de l'école... Et comme c'est un cours officiel, je serais éligible aux prêts et bourses étudiantes.

Alors voilà, je suis en réflexion intense, en calcul de coût, etc. D'un côté, c'est rapide et moins coûteux, mais moins de chance de trouver un emploi; de l'autre, c'est très long, très coûteux, mais beaucoup de chances de placements...

Sur le moment, je trouve que 3 ans sans revenus, à ce moment-ci de ma vie, me semblent un peu... absurde! Trois ans! Si le programme commence à l'automne, ma fille aurait environs 5 ans lorsque je terminerais, prête à commencer la maternelle! Et nécessairement, pas d'autres bébés pendant ce temps ou je serais dans la merde! Enfin, aucune décision est prise pour l'instant...

P.S. Par contre, au cours des dernières 72 heures, j'en ai accumulé des idées!! Je disais récemment que je n'avais pas vraiment d'idées ou très peu, pour de l'art visuel... Je pense que je ne me mettais pas en "contexte" de faire quoique ce soit; maintenant que je le suis, j'en suis submergée! (Ce qui peut être dangereux, car si je vise trop haut en 3D, je peux soit faire des trucs très moches parce que je ne suis pas de niveau pour la complexité du projet, ou simplement abandonner parce que je ne suis pas satisfaite...

dimanche 25 avril 2010

L'Impasse

Cette semaine a été bouleversée par de nouvelles réflexions...

Est-ce que j'ai déjà mentionné auparavant que je n'aime pas mon emploi?  Il faut s'entendre: ce n'est pas un calvaire! C'est sécuritaire, avec un revenu qui, quoiqu'il pourrait être plus élevé, n'est pas non-plus la misère, je suis permanente, et tout, et malgré que je n'ai pas d'amis/es dans mon département directe, ce ne sont pas de méchantes personnes, bien au contraire! C'est simplement que je n'aime ce que je fais... Je n'ai jamais aimé jouer avec les chiffres, même si j'en suis capable.

Depuis un mois, je me sens plutôt mal: fatigues, voir épuisement, des nausées, maux de têtes (ce que j'ai très rarement!), etc. À Pâques, j'ai eu un rhume; normalement, je les passe en quelques jours, voir une semaine... Cette fois, je le traine encore (je ne me sens plus infectée, mais je sens mes poumons encore irrités, j'ai encore une mauvaise toux qui accentue ma nausée, ou qui me donne carrément des haut-le-corps. C'est comme si, malgré mes dernières règles, j'étais enceinte... Mon conjoint a déjà acheté un test de grossesse, mais je dois attendre le bon moment de mon cycle pour que le test ne soit pas faussé. Une longue semaine plongée dans le doute. Plus d'une fois, j'ai dit à mon conjoint: "Si je ne suis pas enceinte, je ne sais pas ce que j'ai, mais je ne me sens pas bien!"

Il y a deux semaines, je voyais ma meilleure amie, qui me disait, une fois de plus, à quel point elle trouvait dommage que j'aie un emploi à l'opposé de mes talents et passion, et qui plus est, un emploi qui me sous-paye (selon son avis) ;o) . Elle m'aide dans ma réflexion pour chercher autre chose, mais bon... Les études que j'ai à mon CV sont dépassées et je n'ai qu'une toute petite expérience dans ce domaine, qui date déjà, mais de l'autre côté, je n'ai aucune formation pour soutenir les expériences de travail que j'ai. Je suis vraiment dans l'impasse! Je n'ai pas grand attachement à la compagnie où je travaille, mais lorsque je cherche ailleurs, je ne reçois aucun appel, ce que je trouve tout de même normal, étant donné mon cheminement... Qui voudrait d'une secrétaire / réceptionniste / commis comptable qui a étudié les Arts et l'infographie 3D? Qui voudrait un artiste digital qui n'a presque aucune expérience et dont la scolarité remonte à plus de 10 ans??  Voyez ce que je veux dire!? L'impasse!

J'étais dans une période où j'essayais de vivre avec les éléments que j'ai. Mon objectif est d'acheter une maison, et je travaillais dans cette direction, à mettre de l'argent de côté comme un écureuil... endurer l'ennui mortel de l'emploi en me disant que ça vaut la peine, pour une maison, la famille, et tout... Il faut que j'accepte que ma situation n'est pas si mal (même si ce n'est pas à ça dont je rêvais)...

Et tout le monde, amis et parents, me répète que TOUT LE MONDE n'aime pas son emploi! Mon père, qui lui, l'aime, me dit plutôt: "Même quand tu l'aimes, il y a 75% des tâches à faire qui ne sont pas plaisantes..." et je m'empresse de lui répondre: "Oui, je sais... Quand j'écris un livre, j'aime l'écrire, mais je déteste le réviser... L'écrire me prend environ 30% du temps que me demande les révisions! Mais au moins, je sais que c'est pour un projet qui me tient à cœur et que si je ne le fais pas, je vais devoir vivre avec un projet soit inaccomplis ou mal fait... C'est déjà beaucoup plus plaisant que de travailler sur quelque chose qui, en partant, ne te plaît pas du tout!"

Ce jeudi, je parlais avec un bon ami, qui lui aussi, à sa façon, me pousse pour m'aider à prendre mon envol. Son frère travail chez Ubisoft Montréal; il (mon ami) m'a déjà proposé de lui laisser mon CV pour qu'il le laisse à son frère. Ce qui m'a emballé sur le coup (c'était pendant l'hiver), mais après réflexion, je n'y crois pas vraiment... c'est à dire que ça fait si longtemps que j'ai fait de l'infographie, ou même simplement du dessin, que je ne pourrais pas entrer comme ça dans un travail à temps plein et espérer être à la hauteur des échéanciers! Il faudrait que je prenne le temps de me remettre au crayon, quelque chose, et surtout, les méthodes de 3D ont tellement changé depuis ma formation, que j'ai terminé en 1999... En restant réaliste, ça ne marcherait pas!

En le disant dans ses termes à mon ami, ce jeudi, il m'a alors demandé: "Pourquoi ne prends-tu pas des cours de mise-à-niveau dans ton domaine?" et effectivement, ce serait sûrement la seule solution... Mais on y pense à deux fois, quand on est maman, de tout lâcher comme ça! Il y a dix ans... et même cinq ans, ç'aurait été possible (si je ne compte pas le fait que je n'aurais pas pu payer l'entrée à l'époque!), mais maintenant? Alors, il m'a parlé qu'il existe un programme d'aide "de dernier recours" pour les gens dans l'impasse qui ont besoin d'un retour à l'école. À une certaine époque, il était un cuisinier pour les restaurent genre 4-5 étoiles, puis il a développé une allergie pour les fruits de mer... Il a utilisé ce programme pour réorienter sa carrière.

Que ferait-on dans la vie, sans de bons amis??  =)  J'ai cherché pour ce programme, mais je n'ai rien trouvé (pour l'instant)... Il faudrait que je communique avec l'assurance-emploi pour avoir plus de détails...

J'ai aussi commencé à chercher des cours de mise-à-niveau, ou une autre formation qui pourrait me plaire, avec en tête l'idée d'ensuite me trouver un emploi relativement stable, qui me permettra d'acheter ladite maison. La première fois, en 3D, j'avais pas compris les conséquences de mes choix, à long terme. J'étais tellement persuadée que j'allais réussir, j'ai été très bornée. Je ne dois pas me laisser aller une deuxième fois à faire les mauvais choix!

Je suis tombée sur des cours d'infographie pour l'imprimerie, j'ai trouvé des cours de 3D avec les derniers logiciels, des cours de montages vidéo...

Je suis partie un peu excitée à l'idée de faire du montage vidéo, mais je suis tellement pourri en son que je crois que je ne serais pas très douée... Et puis, j'ai peur qu'il n'y ait pas beaucoup d'emplois de monteur au Québec... Je ne sais pas, je n'ai jamais regardé...

Ensuite, je me suis demandée si j'avais le goût de faire de la 3D à nouveau... Je ne vous ai pas montré encore... Voici les trucs en 3D que "j'ose" montrer; c'est vieux, ça date de 2001. (Je ne sortirai pas mon démo étudiant, car... je ne suis pas sûre si je serais capable de le piffrer!)


Je tiens à préciser que pour ces images, j'étais en équipe. Par rapport à la demande du client, j'ai fait le dessin- croquis de base. Quelqu'un d'autre (aujourd'hui mon conjoint et père de ma fille ^_^ ) a fait les modèles en 3D, puis je suis revenue derrière pour faire les textures et les matériaux (en gros, les couleurs et "l'embossement"). Les ajustements de caméra et d'éclairage, c'est nous deux ensemble (lui côté technique, moi côté esthétique).

Oui, ça me plairait sûrement de faire de la 3D à nouveau. =)  En cherchant les écoles de Montréal, ça m'a rappelé une vérité frappante: j'ai déjà fait le cours! Dah! J'ai déjà passé les tests de sélection d'entrée et tout le tralala... Je ne veux pas ça. Je ne veux pas tout me retaper! Je veux simplement une mise-à-niveau! Il semble que ce genre de service, une seule école le fait... pour les compagnies! Je suis seule... Bon, je pense que je vais tout de même entrer en communication avec la personne pour poser des questions à propos de mon cas... voir si je serais capable de passer par cette porte-là...

Puis, rendu Samedi 22h (10pm), cherchant encore d'autres avenues, d'autres alternatives... je tombe sur une école (j'en avais déjà entendu parler par réputation, je l'avais simplement oublié), qui elle, offre des cours d'écriture de long métrage ( http://www.inis.qc.ca/2-longmetrage.php ). Je suis restée bouche-bée! J'en avais les larmes aux yeux! À neuf ans, je disais: "Quand je serai grande, j'écrirais des films!", j'ai choisi la 3D un peu dans cet ordre d'idée-là, mais entre temps, j'ai aussi découvert le roman et l'écriture genre livre, ce qui me plaît beaucoup... mais un cours de scénarisation... Je ne pourrais dire pourquoi, comment, je ne sais pas trop... j'ai toujours cru que ça n'existait pas! Je me suis mouchée en sacrant après ma propre idiotie, j'ai lu le truc... la date limite pour soumettre sa candidature (et un projet) est le 12 Mai. Le 12 Mai!! Normalement, lorsque j'arrive pour prendre un cours, c'est le drame de ma vie, j'arrive toujours TOUJOURS quelques jours en retard et je dois attendre toute une année pour réessayer... Mais là, je suis en avance de deux semaines et demi...

J'ai immédiatement écrit un émail à ma chère Élisabeth Vonarburg. J'avais besoin de son avis... car le cinéma québécois n'est pas très dans le fantasy ni la science-fiction... Il ne faut pas se le cacher, ça me servirait à rien, là maintenant, avec mes objectifs, d'aller prendre un cours si je n'ai pas d'emploi derrière... Je sentais la même excitation du moment où je suis entrée en 3D, où je voulais tout faire, tout voir, tout essayer, peu importe le prix; j'ai mal choisi l'école à ce moment-là (taux de placement des élèves de 20% et je suis dans le 80% qui n'a pas réussi à se placer dans le métier... mais, bon, c'est à cette école que j'ai rencontré mon conjoint, en 1999, je suis toujours avec lui et nous avons maintenant une adorable fille ensemble =) ), école qui, je crois, a fermée... Ce serait vraiment con de ma part de partir sur mes grands chevaux et faire les mêmes erreurs...

Suite à mon email qui était d'une longueur submergeante, pauvre Élisabeth (c'est une écrivaine et traductrice, elle n'a pas peur de lire, mais quand même...) j'ai été me coucher. Il était passé minuit. À 2h de la nuit, ma fille s'est levée pour venir me voir; elle était malade, la pauvre. Elle a régurgité plusieurs fois dans le lit... pendant que mon conjoint changeait les draps, moi j'ai changé son pyjama, le miens, et j'ai essayé de l'a soulager... La nuit a été courte.

Dès le lendemain, 9h, j'avais une réponse de ma chère Élisabeth. Cette femme, ma mentor, est réellement incroyable! Elle prend le temps de me dire qu'elle est débordée en ce moment et qu'elle me répond vite fait... mais son email, un dimanche à 9h, est presque aussi long que le miens! ^_^ Vous n'avez pas idée à quel point je la vénère, pour son oeuvre, pour sa sagesse, pour "elle" et à quel point je me sens petite à côté de sa générosité.

Pour le dire simplement, elle m'a répondu ce que j'avais besoin d'entendre. La réalité cinématographique au Québec n'est pas du tout la même qu'aux États-Unis... Quoique je crois qu'il serait palpitant de suivre ce cours, je ne crois pas que ce serait une bonne idée, étant donné mes objectifs du moment, c'est à dire de suivre une formation pour trouver un emploi (et non suivre un rêve de petite fille qui pourrait me mener dans un autre impasse, après avoir tourné en rond pendant plus de dix ans!). Ce sera peut-être pour plus tard, le cours de scénarisation. =)

Je sais, mon texte s'en vient long... Mais il me restait un détail des plus importants à vérifier avant de me lancer dans quoique ce soit: le test de grossesse! Ce matin, encore, nausée... et j'ai dû m'éclipser au toilette; je n'avais rien dans l'estomac, c'était seulement des hauts-le-corps... Au début, je voulais attendre à Lundi, mais là, je n'en pouvais plus... Selon les recommandation du fabriquant, plus on attend et plus le test à des chances d'être précis... J'ai besoin de savoir. Pour une journée sur un mois, au diable! Il est négatif. Bon, maintenant, je sais!

Je crois donc que mon emploi me rend malade. Dans sa réponse, Élisabeth me parle du choix entre "le risque" et "le sécuritaire", choix qu'on doit tous faire. Si tout le monde qui me dit que personne aime son emploi, il semble que pour moi, c'est vraiment destructeur. Mais, il faut tout de même une part de sécurité pour avoir un toit, de la chaleur l'hiver et de la nourriture sur sa table, surtout lorsqu'il y a des enfants à cette table. J'essaye de trouver un juste milieu... quelque chose de relativement stable et relativement sécuritaire, tout en étant capable de suivre un peu mes passions et garder la tête hors de l'eau.

Pour l'instant, j'ai hâte que la semaine commence, non-pas pour aller travailler mais pour entrer en contact avec l'école qui offre des mise-à-niveaux sur mesure pour les professionnels de la 3D.  =)

Merci encore Élisabeth!

mardi 20 avril 2010

Les premières "Pages Perdues" ?

Comme mentionné dans mon dernier poste, je n'ai pas eu beaucoup de temps dernièrement pour travailler sur mon projet. Par contre, ce qui est bien avec un projet d'écriture, c'est que ça demande beaucoup de réflexion, laquelle ne demande aucun matériel et peut être fait presque en tout temps et presque partout!

Donc, récemment, j'ai laissé promener mon imagination... Pour le mentionner sans trop en dévoiler, mon premier livre de la série devrait (à moins que le plan change, ce qui est une possibilité) ouvre sur un personnage qui, dès le début, se fait remarquer par son absence. C'est réellement un personnage qui "aurait dû" être dans l'histoire, mais comme il n'est pas là, tout change... ce qui donne naissance à l'intrigue. Il m'a donc semblé évident que je devais TOUT savoir sur ce personnage, pour que tous les éléments de l'histoire qui tournent autour de lui en soit plus enrichis, même si lui-même n'est pas là.

Comme point de départ sur ce sujet, selon les grandes lignes de l'histoire, je savais qu'il "vient de loin", qu'il est d'une autre race (on parle d'humains, même si c'est dans un manuscrit de fantasy) ;o) , d'une autre île, mais il me manquait beaucoup de détails, le plus important étant "pourquoi est-il parti de chez-lui?"

Pendant que j'étais occupée par la vie, j'ai donc médité sur son histoire; j'ai rapidement compris qu'elle deviendrait une nouvelle dans les "pages perdues" qui serait sûrement intéressante de montrer... Mais plus je répondais aux questions nécessaires au développement du personnage et de ses intrigues qui composent sa vie, plus j'ai vu l'ampleur que ces anecdotes ont pris... J'ai un plan de rédigé pour cette partie.

Je suis encore écrivaine-novice et mon manque d'expérience m'empêche de pouvoir faire un estimé du nombre de pages que cette histoire prendra, seulement en me basant sur mon plan. Je vais devoir l'écrire pour le savoir. Mais... je pense avoir suffisamment de matériel pour écrire un petit roman d'environ 200 pages, qui ce tient en lui-même (autant au niveau de l'intérêt de l'histoire que de l'intrigue)! C'est possible que je me trompe. Peut-être que ce sera 100 pages... Mais c'est certain que je fais plus de 20 pages!

Du coup, je trouve la situation embêtante... D'un côté, je pense que cette histoire est intéressante à raconter. Je trouve, personnellement, que le personnage "absent" dont je faisais la mention au début, est très attachant et donc, je pense que c'est bien de savoir tout son histoire. Mais d'un autre côté, je ne suis pas certaine que pour la série que je prépare, ce soit pertinent. Son histoire à lui... aussi intéressante qu'elle soit, reste anecdotique pour la série en soi. Donc, je ne sais plus si je devrais la mettre dans la série ou dans les "pages perdues"...

De toutes façons, c'est certain que je vais l'écrire. Je verrai plus tard où je la mets... Dans le pire des cas, un directeur littéraire tranchera. Mais, disons que je me reconnais ici: je veux élaborer une petite histoire comme ça et je reste incapable de faire dans le court! Il semble que ma toile de fond préféré, c'est définitivement le roman, et non la nouvelle. Je me sens trop coincée dans une nouvelle; pas assez de place... autant dormir dans une boîte téléphonique! Non, c'est clair que je suis romancière, et ce, depuis le début (aussi bien dire depuis toujours, puisque j'ai commencé à écrire "dans un but sérieux de publier" dès l'âge de 9 ans)!

dimanche 11 avril 2010

Avancer la carte

Bonjour tout le monde!

Il y a un moment maintenant que je n'ai pas écrit dans ce blog. Pendant le congé de Pâques, ma fille a attrapé un rhume qui nous a touché tous les trois et qui tarde à nous laisser en paix. Depuis des deux dernières semaines, j'ai une fatigue assommante et souvent, je n'arrive pas à me coucher plus tard que ma fille. Au travail, j'ai aussi dû rattraper du temps sur mes heures de lunch. Du coup, j'ai eu très peu de temps pour faire avancer mon projet.

J'ai tout de même travaillé un peu sur la carte. J'ai terminé le dessin globale de l'archipel et je suis satisfaite du résultat final. J'ai commencé à dessiner les détails de l'île principale de l'histoire, c'est-à-dire les rivières et forêts. Sur la première version de la carte, j'ai l'impression que mes rivières ne font pas beaucoup de sens; je devais les repenser. Et puis, les forêts... la première carte était pour ce monde, mille ans dans le futur, donc c'est évident pour moi que les forêts / plaines ne sont pas les mêmes! Là aussi, je suis satisfaite du résultat. Donc la carte a avancée, même si j'aurais aimé avoir plus de temps pour en faire plus encore...

Côté texte, je suis rendue au moment où je dois trouver les noms des personnages secondaires. Il y en a beaucoup. J'ai pris le temps de m'asseoir et penser à une logique au niveau des noms (les noms d'une même région vont se ressembler, jusqu'à un certain point, mais vont être très différent d'une autre région ou d'une autre peuplade). C'est très ennuyeux; une vraie prise de tête! Mais ce doit être fait.

Puis, il faut laisser de côté et revenir plus tard, à tête refroidie, pour réviser si les noms font du sens, s'ils ne sont pas trop ressemblant les uns des autres, s'ils ne sont pas trop étranges, où trop difficiles à lire... Il n'y a rien de pire qu'un livre de fantasy où le personnage principal s'appelle "Schrénailde", super chasseur de "dignitifultakatari", qui eux, vivent à "Trétalvashtékar" et sa femme, Taka (nom "intrus" car il est trop différent du reste), s'ennuie, seule, loin de son homme... voyez ce que je veux dire.

À mon sens, plus le personnage est important dans l'histoire et plus son nom doit être relativement agréable à lire et facile à se rappeler! Je ne dis pas qu'il faut que tous s'appelle Jacques et Julie, mais bon, quand même! Il y a moyen de trouver des noms "fantasy" sans qu'il sonne complètement saugrenus!

Alors voilà!
À une prochaine!!  =)