dimanche 12 octobre 2014

11 Octobre 2014: Lancement de livres multiples


      Hier soir, un 5 à 7 se tenait au Pub « L'Amère à boire » à Montréal, pour un lancement multiple de deux éditeurs québécois. 

     Brins d'éternité lançait leur revue littéraire #39, ainsi que l'anthologie « 10 ans d'éternité », un super recueil des 20 meilleures nouvelles et les illustrations les plus marquantes de ces 10 ans de vie de cette revue, né « fanzine » en 2004, (anthologie publiée par les Six Brumes).
     Six Brumes, le deuxième éditeur sur place, qui lançait aussi « 6, chalet des brumes », un hommage aux livres dont vous êtes le héros dirigé par Luc Dagenais, avec une formule un peu spéciale, soit six histoires possibles, chacune écrite par un auteur différent. Au menu: Geneviève Blouin, Dave Côté, Luc Dagenais, Ariane Gélinas, Isabelle Lauzon et Jonathan Reynolds. « Petits démons » de Daniel Sernine est un recueil de nouvelles fantastiques. Et « Le jardin de chair » de Frédéric Raymond, un roman d'horreur psychologique.

      Un beau lancement, beaucoup de monde qui se sont déplacés (nous étions, au meilleur de la soirée, une bonne soixantaine de personne dans un endroit intime qui peinait à accueillir autant de monde) :P
     Sur cette photo, à gauche, Guillaume Voisine, co-éditeur et directeur littéraire de la revue Brins d'éternité, au milieu, Alamo St-Jean, co-éditeur de Brins d'éternité et directeur de la distribution, à droite, Guillaume Houle, directeur des publications chez Six Brumes.


      Ici, Federico et Marie Bulle, deux amis de l'atelier d'écriture 2014 et potentiellement un prochain groupe de jumelage en écriture... à suivre! :P
   À gauche, Ariane Gélinas, co-éditrice, directrice artistique et graphiste pour Brins d'éternité et co-auteur de « 6, chalet des brumes », Guillaume Voisine, co-éditeur et directeur littéraire de Brins d'éternité, Alamo St-Jean, co-éditeur de Brins d'éternité et directeur de la distribution, Guillaume Houle, directeur des publications chez Six Brumes et à droite, Jonathan Reynolds, co-fondateur et co-éditeur aux Six Brumes, co-auteur de « 6, chalet des brumes » et de « 10 ans d'éternité ».
    Ariane Gélinas, co-éditrice, directrice artistique et graphiste pour Brins d'éternité et co-auteur de « 6, chalet des brumes », Guillaume Voisine, co-éditeur et directeur littéraire de Brins d'éternité, et à droite, Daniel Sernine, auteur de « Petits démons ».


     Jonathan Reynolds, co-fondateur et co-éditeur aux Six Brumes, co-auteur de « 6, chalet des brumes » et Claude Janelle, qui a écrit la postface de 10 ans d'éternité ».


   Jonathan Reynolds, co-fondateur et co-éditeur aux Six Brumes, co-auteur de « 6, chalet des brumes » et Pierre-Alexandre Bonin et est librairie chez Monet. Il fait aussi partie de l'équipe de la revue Clair/Obscur

     Après quoi, l’événement était tellement populé, et les conditions d'éclairages trop mauvaise pour poursuivre les photos, ce qui n'a pas empêché ce lancement d'être un franc succès! :)







 

        Je voulais en profiter pour mettre deux illustrations que j'ai fait en 2006 pour Brin d'éternité, à ma droite, pour le #13 et à gauche, pour le #14. 
     Le #13 figure parmi les illustrations marquantes dans l'anthologie « 10 ans d'Éternité ». L'anecdote derrière cette couverture était que Guillaume Voisine prenait les rennes du fanzine, nouvelle équipe et tout, mais on lui remettait en main pour le #13... l'infâme #13 et Guillaume m'avait confié alors une vague inquiétude (mais encore, "inquiétude" est trop fort!) face à ce drôle de karma, le #13, peut-être un mauvais augure...
     Moi qui tire au tarot, je n'ai pu m'empêcher de voir cette superstition du #13, attaché à la carte de l'arcane majeure #13, parfois dite "sans nom", parfois dite "la mort" et qui fait tellement peur à qui la reçoit dans un tirage. J'ai rassuré Guillaume en lui disant que cette carte légendaire du tarot est en fait un avant-signe de renouveau. C'est le phénix, lorsqu'il est en phase de cendre. Le moment est difficile, stagnant, beaucoup d'obstacle, mais c'est l'annonce de la "mort de ce qui était", pour laissait place au changement, au renouveau.
     Je me souviens que Guillaume avait écrit son éditorial en reflet de cette conversation, et moi qui avait été désignée pour faire l'illustration, j'ai aussi suivit cette même inspiration (en plus que c'était un numéro d'automne, sortie prévue pour autour de l'Halloween! :P )
     Le #14, que je préfère largement sous plusieurs points de vues, était pour le numéro d'hiver... Un cavalier qui brave le froid d'une nuit. J'étais tellement concentrée sur la technique graphique lorsque je le faisais... Je n'ai "vu" cette image dans son ensemble et sa symbolique qu'une fois accomplie... J'y vois de la détermination incommensurable, de la ténacité, une force intérieure inébranlable pour affronter la tempête et les obstacles pour atteindre, dans le noir, son objectif. La lanterne devient ici le seul réconfort, la seule lumière, le seul espoir... un peu comme ce soleil du solstice d'hiver qui, bientôt, renaîtra vers un printemps encore lointain, mais suivons cette lumière et nous parviendront à ce printemps promis.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire