vendredi 4 mars 2016

Le TDAH sans médication

     L'été passé, j'ai écrit un premier article « Je suis TDAH... et après? » et voici la suite. J'ai passé plus d'une trentaine d'années sans savoir, sans penser même, que je pouvais l'être. Alors, qu'est-ce que ça change de le savoir? Je ne vous parlerai pas du côté émotionnel d'acceptation, car dans mon cas, je n'ai pas eu de choque ni rien. Mon but était de trouver pourquoi j'avais autant de mal à être fonctionnelle (peu importe l'étiquette apposée) et trouver des solutions.
     Le TDAH n'est pas une pathologie, ni une tare, c'est un bagage d'avantages et inconvénients différents. Pour être en mesure de manifester les avantages, comme « penser en dehors de la boîte » et la grande capacité créative, on a besoin de baliser les inconvénients, comme la piètre gestion du temps et des priorités, la procrastination et l'insatisfaction chronique.

     Comme je le mentionnais dans mon premier billet à propos du TDAH, je ne compte pas aller vers la médication (pas pour l'instant). Alors, quelles sont les solutions, pour qui voudrait dompter le TDAH sans médication? 

Solutions

     Mes premiers objectifs étaient:
  1. Calmer l'anxiété qui accompagne souvent le TDAH, tout en évitant de devenir trop cool et paresseuse... L'anxiété, qui est le moteur de l'impatience, l'impulsivité ou spontanéité irréfléchie, des idées qui explosent dans toutes les sens sans cohérence (qui elle, est la cause des troubles de mémoire à court terme), la procrastination (qui lui est le moteur du syndrome de l'imposteur et de l'insatisfaction chronique...), etc.
  2. Discipliner mon esprit à rester sur la tâche déterminé et en gérant mon temps de façon efficace. 

Pour ce faire, voici ma liste secrète:
  • Alimentation spéciale
  • Suppléments d'Oméga-3
  • Plantes médicinales
  • Méditation
  • PNL & coach de vie

1) Alimentation spéciale

     Je faisais déjà très attention à mon alimentation et j'ai décidé d'essayer de nouveaux trucs.


a. Éviter les stimulants

     Évidemment, sachant qu'un TDAH est très facilement stimulé (entre autres par le stress du quotidien), les aliments stimulants sont à éviter ou à diminuer autant que possible. Catégorie stimulants, on retrouve bien sûr le café, la cigarette, les boissons énergisantes, les sucres raffinés ou une alimentation trop riche en glucides et trop faible en fibres (ce qui inclus l'alcool, à réduire ou éviter). Pour contrer des aliments trop glucidiques, tel que la pomme de terre ou le riz blanc, j'aime les préparer avec beaucoup de légumes, à commencer par épinards et des pois verts.
     La sensibilité aux aliments stimulants est différente pour chacun, donc il suffit d'enlever un aliment de l'alimentation, disons une semaine, puis de le réintégrer une fois et d'être à l'écoute de son corps. Par exemple, je ne suis personnellement pas sensible au thé vert, ni au chocolat noir (par contre, je ne prendrais pas une friandise au chocolat, comme une barre Mars, des Smarties ou tout autre qui contiennent beaucoup trop de sucre raffiné; j'insiste sur chocolat noir, 65% cacao ou plus). Par contre, le café, je n'y touche pas, c'est trop stimulant pour moi; les sucres raffinés sont aussi très stimulants pour moi, je dois les réduire au maximum et favoriser des sucres le plus naturels possible en très petite quantité, comme le miel ou le jus de canne déshydraté.

b. Diète sans gluten et sans lactose

     Ensuite, dans les cercles de naturopathie et médecines alternatives, il revient souvent l'idée que des personnes atteintes de TSA ou TDAH, éviter le gluten et le lactose est un gros atout. J'ai décidé de l'essayer, mais je ne suis pas encore assez loin dans l'expérimentation personnelle pour vous en parler plus en détail, alors j'y reviendrai plus tard.
      Si c'est une avenue que vous pensez prendre, je vous conseille fortement de, soit 1) bien vous éduquez sur l'alimentation, prendre des formations pour bien comprendre chaque élément, soit 2) consulter un.e naturopathe et/ou un.e nutritionniste. 
     Pour vous donner les grandes lignes sur le sujet, les voici: vous devez savoir qu'après avoir coupé le gluten ou le lactose, après un certain temps, vous perdrez les enzymes digestives de ces produits et donc, vous pouvez développer une intolérance par la suite. Il faut aussi savoir que les produits sans gluten (pain, biscuits, craquelins, pâtes alimentaires...) sont généralement faits à partir de farine de riz blanc et/ou de maïs... ils peuvent tous deux être stimulants par indice glucidique...

2) Suppléments d'oméga-3

     Il existe plusieurs marques différentes, mais j'aimerais pointer l'huile (ou les capsules) Udo, qui est vegan. Elle n'est pas assez forte pour moi, mais encore une fois, cela dépend des besoins de chacun.
     
     Dans mon cas, je vais chercher une capsule "extra forte" qui ajoute de l'EPA (acide eicosapentanénoïque) qui (selon le manufacturier) induit la bonne humeur, ainsi que du DHA (acide docosahexaénoïque) qui favorise les facultés cognitives (toujours selon le manufacturier). 
     Et je dois dire que pour moi, les suppléments d'oméga-3 sont, pour moi, inévitables. Lorsque je les oublis, ou que mon flacon est vide et que je n'ai pas le temps de courir en chercher, je ressens une différence au niveau de mon TDAH.

3) Plantes médicinales

     Ceux et celles qui me connaissent personnellement savent que je suis une fille d'herboristerie. Il allait de soi que j'allais me tourner vers les plantes pour m'aider dans mon TDAH!

     Alors, ici, je ne révélerai pas la liste des plantes que je prends. Ce n'est pas un secret national, loin de là. Par contre, quoique les plantes médicinales ont, dans la plupart des cas, moins d'effets secondaires que les médicaments, il ne faut pas non plus les prendre à la légère. Il n'y a pas de recette préconçue en herboristerie. Chaque plante a un aspect et un effet global qu'on doit prendre en compte.
     À titre d'exemple, on me demande souvent: Quelle plante me suggères-tu contre l'anxiété? J'en connais près d'une dizaine... Une sera plus antispasmodique et agira à détendre les muscles, une autre calmera les tensions digestives qui accompagnent parfois l'anxiété, une autre encore favorisera le sommeil, celle-ci pourrait calmer le cardio, alors que l'autre pourrait au passage équilibrer les hormones féminines... On s'étonne souvent que ma réponse est, et sera toujours: Ça dépend, quels sont tes symptômes? L'herboristerie est une médecine holistique. Pour moi, il va de soi qu'il faut consulter un.e herboriste pour avoir sa propre liste de plante, selon son métabolisme personnel et individuel.

     Je peux par contre révéler que j'ai deux mélanges, sous forme de teintures-mère (quelques gouttes de concentré de plantes médicinales dans un solvant d'alcool remplacent une tisane avec la même efficacité). Je prends ces gouttes trois fois par jour, idéalement une demi-heure à une heure avant les repas.
      Le premier a été baptisé « Tonique nerveux », et comprends plusieurs plantes qui m'aident à calmer l'anxiété, le bavardage mental et la procrastination anxieuse. Le second est une « Formule 'focus' » et comprends plusieurs plantes qui m'aident au niveau cognitif, à être concentré, disciplinée, centrée.
     Un dernier truc, avec les huiles essentielles: la lavande pour calmer, et l'eucalyptus radiata pour amener la clarté d'esprit (une goutte en externe, sur les tempes ou sur le front, suffisent)

     Les plantes aussi, lorsque l'un ou l'autre de mes flacons est vide, je ressens un impacte directe sur mon TDAH, mon esprit est replongé dans le flou, je perds la notion du temps, les petits détails du quotidien à ne pas oublier se mettent à m'échapper, je n'arrive plus à me concentrer pour travailler, j'ai une mauvaise écoute des autres tellement la concentration m'est difficile... Mes plantes sont hors de tous doutes de très bonnes alliées!

     Pour les intéressés, je consulte Chantal Beaulieu, herboriste-thérapeute que je recommande chaudement. Si vous n'êtes pas du même coin de pays que moi, vous pouvez aussi consulter la page de la Guilde des herboristes du Québec pour trouver un.e herboriste près de chez-vous.

4) Méditation

     La méditation m'a suivie depuis plusieurs années déjà, mais je n'étais pas assidue. Il y a plusieurs façon de méditer, plusieurs techniques ou écoles de pensées sur le sujet, comme la méditation en faisant le vide dans son esprit (mission impossible dans mon cas), ou axé sur la respiration profonde, etc.
     Pour tout dévoiler, j'ai choisi la méthode de la Méditation transcendantale (MT) au centre de Montréal. (Par ici pour voir la liste d'autres centres à travers le Québec ou le Canada). J'ai réfléchi longtemps avant de faire le pas, car ces cours ne sont pas donnés, mais après m'être documentée via Internet, j'ai décidé de faire le grand pas et c'est un des meilleurs investissements personnels que j'ai faits. 
     La méthode de la MT, qui se résume à une séance de vingt minutes, deux fois par jour, est selon mon expérience, est plus "profonde", plus reposante. La MT se fait assis sur une chaise, les mains jointes ensemble en forme de bol. On commence par quelques respirations profondes, puis on a un mantra "secret", pour soi, qui nous aide à plonger à l'intérieur de soi et à laisser glisser les trop-pleins d'idées et de soucis. On plonge jusqu'à l'oubli du mantra. Elle procure une paix intérieure qui vient avec de la patience, de la quiétude, une meilleure compréhension de moi-même, de mes objectifs, de mes priorités. Je suis plus "recentrée" sur moi-même.
     Bien sûr, en étant mère de deux jeunes enfants, la régularité n'est toujours pas évidente. J'ai par contre inclus la MT dans ma routine quotidienne et j'ai fait la paix avec le fait qu'il arrive, à l'occasion, qu'une séance doit sauter de l'horaire. Ça arrive, je poursuis la fois d'après. Ça me fait le plus grand bien.

5) PNL et coach de vie

     Être TDAH, c'est un peu comme être gaucher dans un monde de droitiers. Notre esprit fonctionne différemment, il a un potentiel différent, il a des obstacles différents, et on doit apprendre à vivre avec cette différence.
     J'ai commencé par un coaching de vie avec PNL avec Syco Coaching. La première fois que je suis allée voir Sylvie Collin, j'étais encore mêlée dans mes objectifs de vie. Quoique j'avais réussi à réduire la liste de mes ambitions à ce qui me semblait sa plus simple expression, j'avais encore quatre-cinq projets entre les mains et j'étais incapable de déterminer lequel était primaire et lesquels devenaient dès lors secondaires.

     J'ai eu mes sessions de PNL en même temps que je commençais la Méditation transcendantale et les deux ensembles ont créé une synergie. On travaillait sur un aspect en PNL, puis la méditation venait approfondir et recentrer les pensées. Puis on travaillait sur quelque chose d'autre en PNL et la méditation ancrait le tout, et je ressortais de ma méditation avec des solutions, que je mettais tout de suite à l'essai; les deux ensembles m'ont fait grandir très vite.

     Je suis ressortie avec la conviction que ma priorité #1, c'était l'écriture. En quelque sorte, c'est bête d'avoir procrastiné si longtemps sur le sujet. À l'âge de neuf ans, je savais déjà que l'écriture dépassait tout le reste. Et pourtant, la vie d'adulte étant ce qu'elle est, avec trop d'avis de trop de gens qui n'ont pas marché dans mes souliers à moi, on m'a fait douter. La majorité de mes proches ont pu voir mes dessins, mes peintures... mais très peu m'ont lue. Il est donc évident pour eux que je suis artiste, et non pas écrivaine. Et pourtant, malgré que toutes mes études est en arts visuels et en infographie, dans mon cœur, c'est l'écriture qui est, qui a toujours été et qui restera primaire. Ceci ne m'empêche pas de peindre à l'occasion, ou d'illustrer des fanzines, des revues littéraires ou des romans si j'en ai envie. Mais l'illustration et la peinture resteront secondaires à l'écriture.
     Ensuite, dans la pile de projets d'écriture accumulés, j'ai aussi réussi à faire un choix d'un seul, et de le poursuivre jusqu'à ce qu'il soit complété. On parle bien sûr de projet plutôt moyen-long terme (les romans ne s'écrivent pas en quelques semaines) et donc, le projet n'est pas encore terminé. Mais comme je l'ai mentionné dans mon billet Projet « Fontaine d'onyx » en réécriture et Projet « Fontaine d'onyx » : les idées s'entrechoquent, c'est sur la bonne voie et pour l'instant, je ne le lâche pas!


L'aventure se poursuit!

     Ceci est le résumé de mes neuf premiers mois. L'aventure se poursuit. J'aime cette quête de vie de se changer pour le mieux, de se transformer pour être meilleur.


Des suggestions de lecture sur le sujet:

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire