jeudi 4 août 2016

Critique de film: Stranger things, Saison 1 (2016)







Catégories:

  • PG-13 (certaines scènes effrayantes et/ou intenses, certaines références à l'abus d'alcool, cigarette, drogue, un peu de violence selon les épisodes…)
  • Thriller,
  • Mystère,
  • Surnaturel et fantastique,
  • Drame,
  • Horreur (léger, pas de «gore»)

Thèmes:
  • Disparition d'enfant
  • Monstre
  • Enquête policière
  • Pouvoir surhumain, télékinésie…
  • Laboratoire de recherches louches
  • Univers parallèle
  • Conspiration (léger)


     Test de Betchdel: Karen Wheeler (jouée par Cara Buono) vient voir Joyce Byers (Winona Ryder) pour lui changer les idées (épisode 3). Nancy Wheeler (Natalia Dyer) parle très brièvement à Mme Holland (Cynthia Barrett) (épisode 3). À plusieurs bref moments, Nancy Wheeler (Natalia Dyer) parle à sa mère, Karen Wheeler (Cara Buono) à propos de la disparition de Barbara. Joyce Byers (Winona Ryder) parle avec Eleven (Millie Bobby Brown) pour la rassurer (épisode 7).
     Scénario et réalisation: La création, scénarisation, réalisation et production de « Stranger Things » reviennent aux jumeaux Duffer, Matt et Ross.
     Langue d'origine: Anglais
     Pays d'origine: États-Unis
     Budget pour le film: non spécifié (pour l'instant)
     Boxoffice: N/A 
     Évaluation IMDB: 9.1 / 10 (77'567 votants)
     Reconnaissances: …Encore trop récent pour en avoir


Synopsis (sans spoilers):

     Dans la petite ville paisible de Hawkins des années 1980, un enfant disparaît dans les bois. Des recherches sont entreprises, ce qui crée une suite d'événements, depuis une mère inquiète à en perdre l'esprit, à la découverte d'une fillette mystérieuse en danger, d'un laboratoire de recherches sous surveillance militaire et une créature étrange qui rôde. Bien assez vite, certains résidents de Hawkins tissent des liens de l'intrigue, mais aussi entre eux pour résoudre l'affaire. 


      À noter: Je ne m'étais pas renseigné avant de voir ce titre. Netflix en faisait beaucoup la promotion (c'est une production de Netflix, ça va de soi… mais les autres productions de Netflix que j'ai vu sont toutes de très bonne qualité). Je me suis donc lancé dans cette série sans avoir aucune attente, sauf peut-être un gage de qualité.

Ma critique, en quelques mots:

     «Stranger things» m'a prise par surprise! Je ne m'attendais à rien, je ne suis plus tellement fan du genre horreur, mais celui-ci fait pour moi exception. Sûrement parce qu'il est plutôt prude côté horreur, il est plutôt axé thriller, et sur la métamorphose des personnages plutôt que de nous montrer du «dégueu». Le visuel est beau, l'histoire est bonne, j'ai adoré, j'étais absorbée par l'intrigue, j'avais envie de voir chaque épisode suivant tout de suite et je suis comblée à l'idée de la deuxième saison! :)

Réalisation globale: :

     L'histoire prenant place dans les années 1980, les réalisateurs ont tout décoré au parfum des années 80s, depuis le générique du début et jusqu'à la trame sonore. Mais la réalisation a été fait maintenant (2016), et donc les technologies d'effets spéciaux sont au goût du jour, ainsi que la qualité photographique et sonore. Ayant été moi-même enfants dans les années 80s, j'ai trouvé cette touche charmante.

Divertissement et originalité:

      Côté originalité, pour moi, il n'y avait rien de nouveau dans les thèmes traités dans « Stanger Things », mais l'intrigue est tellement bien tissée, le divertissement est là, à chaque fin d'épisode, on a envie que de voir le suivant.

Immersion et émotivité:

     Certains thèmes de départ (disparition d'enfant) étant en soi émotif, le scénario, la réalisation, les jeux d'acteurs, la trame sonore, sont tous des éléments qui font bien fonctionner l'émotivité du film. J'ai trouvé que l'émotion qui ressortait le plus chez-moi était le côté intrigue, mystère, curiosité et thriller; quelque fois, on nous tire une ficelle de dégoût (c'est tout de même une série d'horreur), de tristesse, de l'appréhension, de la frustration/colère lorsque les personnages sont en échec... L'immersion dans le film était complète. Les personnages sont attachants, on connecte bien avec leurs émotions, leur point de vue, leur évolution.

Scénario:

     Il y a deux types de scénarios de série télé: le premier étant la série dont les épisode sont indépendantes les unes des autres et à quelques exception près, le grand arc de l'histoire ne change pas, ni les personnages… On pourrait les écouter dans n'importe quel ordre et on ne manquerait rien. Le deuxième type de série, beaucoup plus récent, au contraire, est une histoire avec un début et une fin, dont les personnages évolueront, comme dans un roman ou un film. Dans ce cas, l'ordre des épisodes est fondamentale et n'en manquez pas un, car vous perdrez le fil de l'histoire. « Stranger Things » s'inscrit dans ce deuxième type.
      Le scénario est bien écrit et l'intrigue bien tissé. L'information nous est donné au bon moment pour faire évoluer l'histoire, le monde ou les personnages et le flot d'informations est bien mesuré tout au long. Ce qui m'a le plus plu dans le scénario, c'est qu'il est axé sur le développement des personnages. Ils vivent dans un environnement, quelque chose arrive, et l'histoire suit le développement psychologique de chacun, comment ils évoluent dans ce contexte; c'est ce qui devrait être, bien entendu, dans toute bonne histoire, mais qui est souvent oublié dans les séries télévisées. En gros, quoique l'on soit dans un contexte horreur, l'emphase du scénario n'est pas sur les éléments d'horreur, il n'y a pas de «gore» et je dirais même que c'est en fait prude comme type d'horreur. Tout l'effort est réellement misé sur le développement des personnages.  

Acting et développement de personnages:

Millie Bobby Brown, dans le rôle de la fillette mystérieuse.
     Il y a de nombreux personnages dans cette première saison. On a les quatre gamins qui jouent à Dungeon & Dragons, et plus tard une fillette s'ajoute, leur prof de science qui est très proche de ces garçons, puis il y a cinq ados, le policier et ses deux collègues, deux mères, deux pères, le directeur du labo… Au moins six d'entre eux subiront un changement notable entre le début et la fin de la saison. L'expérience de cette tranche de vie les transforme et comme je disais dans la section «scénario», c'est en soi plutôt rare (et tout à fait bienvenu!) de voir autant d'évolution dans une série télé, surtout sur une même saison.

Winona Ryder, dans le rôle de Joyce Byers
     Pour ce qui est du jeu d'acteur, c'est sûr que les jeunes (surtout les enfants) sont moins expérimentés que les adultes et professionnels, mais ils sont tout de même très bon. L'actrice qui joue la fillette mystérieuse (Millie Bobby Brown) est, pour sa part, exceptionnelle et elle vole la vedette partagé avec les garçons. Chez les adultes, Winona Ryder dans le rôle de Joyce Byers (la mère de l'enfant disparu) et David Harbour dans le rôle de Jim Hopper, le chef de police qui mène l'enquête de cette disparition, offre une excellente performance et nous entraîne dans l'évolution de leur personnage.

David Harbour, dans le rôle de Jim Hopper

     

Photographie et visuel:

     Sur le plan photographie, «Stranger things» est impressionnant. Les plans, la lumière, le style années 80s, tout est bien recherché et planifié. 
     On est ici dans un thriller-horreur, les effets spéciaux sont nécessaire pour l'immersion et l'émotivité de la série. Pour assurer une qualité des effets spéciaux, on a choisi ici de mesurer le nombre de séquences qui en nécessitent. Au début, on a donc presque rien à nous montrer, mais progressivement, les choses s'amplifient jusqu'aux derniers épisodes où tout le budget y passe. Compte tenu qu'il s'agit d'une série télé (qui a généralement moins de budget que pour la production d'un film, et ce, pour un scénario beaucoup plus long), les effets spéciaux sont très bien réussis.

Musique et son:

     La musique, sur de style des années 80s — les bons thèmes des années 80s — avec les qualités HD d'aujourd'hui. La musique était à la fois agréable et met réellement dans l'ambiance de l'époque


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire